Long-Term Quit Rates After a Perioperative Smoking Cessation Randomized Controlled Trial

Susan M. Lee, MD, FRCPC,* Jennifer Landry, MD, FRCPC,*WP_20150330_16_34_37_Pro
Philip M. Jones, MD, FRCPC, MSc (Clinical Trials),*† Ozzie Buhrmann, BScPhm, RPh,‡
and Patricia Morley-Forster, MD, FRCPC*
From the *Department of Anesthesia & Perioperative Medicine, †Department of
Epidemiology & Biostatistics, University of Western Ontario, London, Ontario,
Canada; and ‡Pharmacy, St. Joseph’s Health Care, London, Ontario, Canada.
Anesthesia-Analgesia, Mars 2015


Dans la littérature, nombres d’articles traitent des méfaits du tabac, de l’impact du tabac sur la pris en charge péri-chirurgicale. D’ailleurs la SFAR, conjointement avec … a édité une plaquette nous rappelant tout le bénéfice de l’arrêt du tabac avant une intervention chirurgicale.

 

Mais cet article ne traite pas des effets péri opératoire du tabac, mais il cherche à évaluer la possibilité de profiter de l’arrêt du tabac dû à une intervention pour obtenir un arrêt du tabagisme sur du long terme. Et cet arrêt, sera obtenu que par une intervention minime.

Effectivement, une intervention chirurgicale est une bonne occasion pour le patient pour essayer d’arrêter de fumer.

 

Donc cette étude en 2 bras (groupe contrôle et groupe prise en charge du tabagisme) compare les effets sur 1 an d’une incitation à l’arrêt du tabac.

L’intervention est somme toute minime, puisque elle se compose de 4 actions :

  • Consultation infirmière
  • Brochure d’aide à l’arrêt du tabac
  • Ligne téléphonique d’aide et de conseils
  • 6 semaines de traitement par patch transdermique

 

Mais pour suivre toute la méthodologie employée pour la réalisation de cette étude, le mieux, c’ est de lire cet article. Car la conclusion à laquelle cette équipe est arrivée est très intéressante. Car pour des moyens aussi réduit le résultat tend à prouver qu’il y a un vrai bénéfice à 1 an. Qu’une intervention chirurgicale est une occasion unique pour tenter d’arrêter de fumer, et qu’il y a un réel bénéfice lorsque l’on compare les 2 bras.

 

Pour avoir tout le détail des résultats se reporter à l’article. Dont la référence est : Anesth Analg 2015;120:582–7